100 jours moins 54 jours …

Rendre hommage à toutes les personnes tuées le 31 mai 1994 au RWANDA : il est toujours temps de participer en semant vos graines d’espoir.

Le RWANDA

Le temps du repos, de la célébration silencieuse

Celle qui s’étend au-delà d’un corps, au-delà d’un temps

Celle qui appelle à toujours se rappeler

Que le voyage continue

Comment ne pas rester devant tant de paix ?

Et pourtant la joie est là ailleurs qui attend

Comment ne pas partir

Comment résister à l’appel ?

Comment partir pour laisser tout

Prendre son bâton comme un pèlerin

Dans un moment où les hommes parlent de prospérité ?

Découvrir le sens, la finalité dans la vie des hommes

Ils ont à peine la quarantaine, peut-être bien deux ou trois fois plus

Et à les entendre on croirait qu’ils ont l’âge de la terre.

Pour parler de leurs réussites, ils se disent : nous avons l’argent pour payer nos bonheurs

Ils se disent : « nous sommes chez nous »

Ils se disent : « nous sommes intelligents »

Ils se disent : « nous sommes des honnêtes commerciaux »

Ils disent aussi parfois des choses dures, ils appellent ça de l’humour, et ils rient en disant : « nous plaisantons ». Ils clignent de l’œil, ils jouent au jeu de la vie, ils jouent au théâtre, ils se prennent au jeu.

Au départ, une histoire

A l’arrivée une illusion.

Celle qui pousse à rester, à s’attacher, à s’accrocher.

L’histoire ou l’illusion, à l’arrivée la vie nous porte, nous emporte.

A travers rencontres et séparations,

A travers querelles et colères

A travers tempêtes et marées hautes

A travers marées basses et pluies fines …/…

100 jours moins 54 jours ...

100 jours moins 53 jours …

Hommage à toutes les personnes qui ont été tuées au Rwanda le 30 mai 1994.

Le RWANDA

Témoin de beauté retrouvée toujours présente tu es

Des rites de célébration de l’abondance, en plein mois d’août

Des mariages du septième mois

De la mariée portée à huit bras d’hommes

De la mère qui riait de sa vieillesse

Des souffrances bravées car même dans la mort le rire est

Eclairer le passé

Créer le lien

Entre les mythes et les mémoires

Pour comprendre et pardonner

Pour donner la poussée

Celle qui fait avancer

Donner son sens au pas premier

Accepter de faire le deuxième

Et comprendre le lien créé

Car au départ il fut

Le premier pas qui fut fait

Et qui donnera tout son sens au deuxième

Une jambe devant l’autre

Une à la fois

Jusqu’au jour où comme les fils de l’aigle

L’envol sera pris

Battre des ailes et suivre le souffle

Se laisser porter et découvrir des horizons

Parfois se laisser poser, le temps d’une histoire

Savoir rester, sans rien dire

Savoir ne rien faire, tout en faisant …/…

100 jours moins 53 jours ...

100 jours moins 52 jours …

Nous rendons hommage aux personnes qui ont été tuées le 29 mai 1994 au Rwanda.

Le RWANDA

L’impression que tout s’arrête à l’annonce de la mort

Le refuge dans la prière, dans les invocations, dans les incantations

L’abri qui dure l’espace d’un temps

La levée du voile qui emporte tous les vents

Avec le vent le départ tête première, l’atterrissage paralysant

L’état second, l’appel au secours

La rencontre des sages, des vrais et des faux

Les yeux habitués apprennent à reconnaître

D’un coup tout s’éclaire, la lumière est

Plus besoin de faire appel, les sages rassemblés ont toujours été

La vie se lève, et même la nuit, la lune éclaire

Les étoiles guident le voyageur solitaire

Dans cette solitude magique

Des rencontres, des pactes, des liens, des alliances

Des anneaux en étoiles, des touchers soyeux

Des contes et devinettes autour du foyer

Du foyer aux trois pierres, du feu qui réchauffe

Du feu qui éclaire les nuits noires et multicolores

Dans lesquelles les rêves éveillés se formaient

Abritant le tout, l’inconnu déjà connu dont il ne manque que le mot

Des bras noués autour des corps aimés

Au milieu de la nuit silencieuse pour les réchauffer

Des chansons fredonnées une invitation au sommeil

De la lumière du jour filtrant à travers la fente de la porte

De la vie sans parole, car nul n’en a besoin

De la fusion des êtres nés pour partager un temps

Des moments multiples dans une éternité …./…

100 jours moins 52 jours ...

100 jours moins 51 jours …

Nous rendons hommage aux personnes qui ont été tuées le 28 mai 1994 au Rwanda; pour elles et en manifestation de soutien à celles qui ont survécu, la campagne Graines d’Espoir continue.

Le RWANDA

Des paysages d’une beauté éclatante dans la douce lumière de ce jour

Des milliers de sentiers parcourus à la recherche du secret

Des nouveaux nés qui rassemblent pour se faire nommer

Des dieux invoqués dans le nom du nouveau né

Des programmes annoncés, des infidélités dénoncées

De l’aspiration à la perfection, de l’abdication devant la prophétie

De la difficulté à distinguer le vrai du faux

De la nuance, du faire-semblant

De la fausse sagesse, du cache-cache

Des imperfections dévoilées, de la perfection du chemin parcouru

De l’assurance acquise au parcours des sentiers caillouteux

Des chaos maitrisés, de l’ordre instauré

De la lumière qui rayonne, de l’enfant intérieur

De la sincérité, de l’attachement

De la liberté de faire, de la joie d’exister

Des ailes qui poussent aux hommes, des branches qui poussent aux arbres

De la chenille qui se transforme, de l’envol vers la lumière

De la traversée du tunnel, de l’attrait de la lumière

De la capacité d’oser penser, écrire, parler

Des rives désertes gagnées, des milliers de vies vécues

Des mémoires et des souvenirs des instants

De l’arrivée de la sœur symbole de beauté

De la certitude présente dès la naissance que la mort était proche

Des années vécues, cueillies comme des fleurs

Dans la contemplation de tant de beauté

100 jours moins 51 jours ...

100 jours moins 50 jours …

Nous rendons hommage à (approximativement) huit-mille (8.000) personnes qui ont été tuées au Rwanda le 27 mai 1994.

Nous ne sommes qu’à la moitié du chemin à parcourir, et déjà nous sentons à quel point le temps s’étire … Personne ne nous a formés à faire le deuil d’autant de personnes tuées en un seul jour, tous les jours, pendant 100 jours. La seule certitude, c’est qu’en ce moment, pour le bilan des 25 ans, nous avons envie de nous sentir soutenus, entourés, compris,… même dans l’incompréhensible. Le génocide, ça ne peut pas être qu’une affaire D’État. C’est le moment de nous manifester votre empathie, même si nous savons qu’il est absolument impossible de se mettre à la place de ceux qui ont vécu et survécu. Alors, nous improvisons, nous faisons ce que nous croyons être juste, pour les personnes qui ont été tuées, et pour nous. Merci à toutes et à tous pour vos plantations de graines d’espoir.

100 jours moins 50 jours ...

 

100 jours moins 49 jours …

Rendre hommage aux personnes qui ont été tuées au Rwanda le 26 mai 1994, pourquoi vous sentir concernés ?

Parce que … raison numéro 0 :

Des survivants blessés dans l’âme, qui refusent de s’enfermer dans le rôle de victimes passives, vivent avec vous, semeurs de graines d’espoir,  un accompagnement dans ce deuil qui s’éternise, comme autant de tuteurs de développement, pour aider à traverser ce traumatisme qu’aucun mot ne peut arriver à décrire…

100 jours moins jours ...

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑